samedi 2 décembre 2017

Le corps d’un mot

J’aimerais au son du corps
Gravir les doigts des ombres
Trembler d’un ongle
Glisser d’un cil

J’aimerais au corps d’un mot
Filer le son de tes laines
Crisser comme en été
Vivre et c’est tout

J’aimerais dans ces mers
Epancher les muscs de terre
Valser si bal s’emmuse
Et frotter le cœur à l’envie

Mais le temps est de guenille
Le temps Belle s’éparpille
Ce bal est d’une autre nuit
Attends-moi, je survivrai


© texte photo Thierry Crépin-Leblond

dimanche 19 novembre 2017

Sous ton souffle

Presque l’envie d’un océan
Puis me savoir dans l’horizon
Feuillet ballotté sous l’écume…

J’aime ainsi percevoir l’entier
Ce souffle épris d’amour
Au violon de ton cœur,

Ces cris qui se détachent
Cordes qui n’entremêlent
Dans le silence de l’aube…

Il est de ces éternités
Qui s’entre bruissent et racontent
La roue réinventée de notre vie,

Il est de ces mélodies
Qui envoûtent les heures
Fragments épars de nos âmes…

Fragments du souffle de l’amour.


© Thierry Crépin-Leblond

mercredi 15 novembre 2017

Le pinson frileux

Je ne sais
Mais vous peut-être
Le volant d’un cœur
Qui tourne sous l’amour

Je ne sais
Mais vous en êtes
L’abri d’une larme
Qui fredonne dans le soir

Je ne sais
Mais vous en revenez
Ce quai ce train
Qui transitent sur mes lèvres

Je ne sais rien
Mais si ! ce rêve chaque nuit
Et ces ondes de mer
Qui toujours m’émerveillent…

Et dans la nuée d’un pinson frileux
Je m’envolerai vers vous ma Muse
Déposer le souffle de mes verbes

Au creux d’un blanc de feuille d’hiver